Publié:
Partager:

L'impact élevé du transport routier sur l’environnement ainsi que la dégradation de l’infrastructure routière qui en résulte ont un coût pour la société.

Or, la législation actuelle concernant les redevances routières (l’eurovignette) est dépassée. De plus, elle n'a pas servi, jusque-là, d'incitant à la réduction des émissions de CO2 par le secteur du transport routier. Dans ce contexte, le Parlement européen adoptait ce 25 octobre le rapport de l’eurodéputée S&D Christine Revault d’Allonnes-Bonnefoy, qui propose de passer à l’application pure et simple des principes de l’utilisateur-payeur et du pollueur-payeur.

En effet, le Groupe S&D est un partisan résolu d’un transport propre et efficient, en tant que pilier essentiel d’une société durable. Dans cet esprit, les S&D saluent l’adoption du rapport, qui contient de nombreuses mesures ambitieuses visant à inclure l’ensemble des véhicules dans le champ d'application de la directive, à réduire les redevances routières pour les véhicules les plus propres et à interdire l’application de tarifications discriminatoires aux usagers de la route en Europe.

De plus, les S&D saluent le fait que la proposition vise à réduire les incidences sociales et territoriales des péages. En effet, les utilisateurs fréquents qui devaient s’acquitter quotidiennement d’une redevance pourront à présent bénéficier d’une réduction par rapport aux utilisateurs occasionnels.

 

Christine Revault d’Allonnes-Bonnefoy, eurodéputée S&D et autrice de ce rapport, a déclaré ceci :

 « Cette proposition marque un tournant dans la réalisation de l'objectif du Livre blanc du Transport : évoluer vers la pleine application des principes du pollueur-payeur et de l'utilisateur-payeur. Il s’agit de supprimer progressivement les eurovignettes pour les poids lourds et les véhicules utilitaires légers. »

« De plus, à partir de 2021 les redevances pour coûts externes fondées sur les normes EURO seront obligatoires pour les véhicules lourds sur le réseau routier de transport transeuropéen, et à partir de 2026 pour les véhicules légers. De la sorte, le Parlement européen envoie un message fort, qui témoigne de sa volonté de réduire les émissions du secteur du transport routier. »

« Dernier point et non des moindres, la proposition contient une dimension sociale forte. En effet, elle réduit les coûts de péage pour les utilisateurs fréquents qui n’ont pas d’autre choix que leur voiture pour se rendre sur leur lieu de travail. »

 

Ismail Ertug, eurodéputé et porteparole S&D pour les transports, a ajouté ce qui suit :

« Notre proposition vise à réserver des revenus, qui devront être investis dans l'actualisation et la sécurisation du réseau et de l’infrastructure routiers (comme les tunnels ou les ponts) en Europe. Cela contribuera à la sécurité de l’ensemble des voyageurs et à la réduction des coûts de maintenance des véhicules. »

« En fait, les usagers de la route en seront les principaux bénéficiaires, étant donné qu'une maintenance incorrecte augmente le taux d’accidents, la pollution, le bruit ainsi que le coût d’exploitation des véhicules. »

Eurodéputés impliqués

ERTUG Ismail

ERTUG Ismail

Vice-président/e
Allemagne

Contact presse S&D

Martin De La Torre Victoria
President's spokesperson

MARTIN DE LA TORRE Victoria

Espagne

Sur le même sujet

Communiqué de presse

« Dans les recours collectifs, les droits des passagers doivent primer sur les intérêts de l’industrie », déclarent les S&D

Communiqué de presse

Pour les S&D, l’UE doit donner un coup de fouet à la relance des secteurs du tourisme et du transport

Communiqué de presse

« Cette résolution appelle le Conseil de l’UE à agir, entre autres par l’émission d’obligations de relance », déclare Iratxe García