Partager:

Le Parlement européen a adopté à une majorité écrasante le rapport sur le cadre financier pluriannuel et les ressources propres pour la période 2021-2027. Cependant, le Groupe S&D exprimait sa déception par rapport à la proposition de la Commission européenne, qui fait des tours de passe-passe avec les chiffres et manque de courage et de vision à long terme.

Isabelle Thomas, eurodéputée et négociatrice S&D pour le CFP d’après 2020, a déclaré ceci :

« La proposition de cadre financier pluriannuel (CFP) pour l’après 2020, avancée par la Commission européenne, déçoit le Groupe S&D. Ce texte manque en effet de courage et de vision à long terme. Les coupes sont beaucoup plus importantes qu’initialement annoncé, et la hausse des investissements dans certains programmes est plus réduite que promis. »

« En effet, le récit de la Commission européenne présente une réalité fallacieuse et embellie : un faible CFP représentant 1,08 % du RNB de l’UE-27, alors que l’actuel représente 1,13 % du RNB de l’UE-27. Les coupes drastiques touchent la politique agricole commune (-15%), la politique de cohésion (-10%), dont -6 % pour le Fonds social européen. Dans ces conditions, ce CFP est inapproprié et incapable de répondre aux besoins actuels et futurs. »

« Devons-nous penser que la Commission européenne maquille le budget et joue des tours de passe-passe avec notre avenir ? Nous ne pouvons pas l’accepter. »
« La large majorité qui a soutenu le rapport INI en mars et la résolution de ce jour montre clairement qu’au-delà des différences politiques, le Parlement européen désapprouve cette proposition. Dans cet esprit, le PE exhorte le Conseil européen de lancer aussi vite que possible les négociations avec lui. Nous pouvons réaliser un bien meilleur accord que celui-ci. »

Eider Gardiazábal Rubial, eurodéputée et porteparole du Groupe S&D pour le budget de l’UE, a ajouté ceci :

« La proposition de budget de l’UE présentée par la Commission européenne ne manque pas seulement de stratégie et de courage, elle manque aussi de direction et de destination. En effet, le texte ne permet pas de comprendre les objectifs du CFP, ni l’idée de l’avenir qu’il souhaite transmettre aux citoyens européens. Pire encore, la manière dont l’Union va répondre aux défis n’est pas claire. En vérité, cette proposition vise uniquement à faire concorder les chiffres après le Brexit, et à faire de la sécurité une nouvelle priorité, tout en coupant dans les fonds des politiques sociales. Or, le CFP aurait dû refléter les 17 objectifs communs pour un développement durable – mais il ne le fait pas. »

« Par ailleurs, plusieurs questions restent sans réponse. Comment promouvoir la production responsable d’aliments, ou repousser la désertification, si la Commission européenne réduit de 16 % les fonds destinés à l’agriculture ? Comment éliminer les disparités régionales si la Commission européenne réduit le Fonds de cohésion de 12 % ? Comment imaginer la réduction des inégalités, l’assurance d’un travail décent pour tous et la promotion de l’égalité des sexes, si cette proposition réduit les fonds sociaux européens ? La Commission européenne est redevable de réponses aux citoyens européens sur toutes ces questions. »

Daniele Viotti, eurodéputé et porteparole du Groupe S&D pour le rapport concernant les ressources propres, a indiqué ce qui suit :

« Le nouveau cadre financier pluriannuel doit répondre aux grands défis qui attendent l’Europe, particulièrement dans le domaine social. En effet, les États membres seuls ne sont plus capables de mettre en place des mesures concrètes visant à instaurer un bien-être intégré et plus moderne et à investir dans la croissance et l’emploi. »

« Avec la proposition de la Commission européenne, nous commençons à travailler sur les nouvelles ressources propres. Dans ce contexte, le Parlement européen se bat pour une position plus ambitieuse. Il s’agit de mettre en place un système plus fort et meilleur, à la fois équitable et efficace. En effet, nous devons plus nous focaliser sur la manière d’imposer les multinationales et de favoriser la croissance verte en taxant les émissions de carbone. »

Eurodéputés impliqués

GARDIAZABAL RUBIAL Eider

GARDIAZABAL RUBIAL Eider

Coordinateur
Espagne

Contact presse S&D

 BERNAS, Jan

BERNAS, Jan

Political Advisor
Italie

Sur le même sujet

Communiqué de presse

« Une autre Europe est possible, fondée sur l’attachement clair aux valeurs de l’UE », déclare la présidente du Groupe S&D, Iratxe García

Communiqué de presse

« Le Conseil européen a réalisé un accord historique concernant le Fonds de relance – mais le Parlement européen modifiera le budget de l’UE », déclare Iratxe García

Communiqué de presse

« L’arrêt pris ce 15 juillet par le Tribunal de l’Union européenne dans le cas Apple n’est qu’une preuve supplémentaire de l'urgence de la justice fiscale », déclarent les S&D