Partager:

Les Socialistes & Démocrates sont à l’initiative d’une condamnation par le Parlement européen, ce 18 avril, du nouveau code pénal instauré au Brunei. Ce texte prévoit en effet la peine de mort par lapidation pour l’adultère et les relations homosexuelles, ainsi que l’amputation de membres pour le vol.

Adoptée à une majorité écrasante, la résolution demande des sanctions comme le gel d’avoirs et le refus de visas en cas de mise en œuvre de ce code pénal fondé sur la charia.

 

Soraya Post, eurodéputée et porteparole S&D pour les droits humains, a déclaré ceci :

« Le nouveau code pénal fondé sur la charia et instauré au Brunei est cruel, dégradant et inhumain. Le texte cible des groupes sociaux déjà vulnérables : les enfants, les femmes, les personnes LGBTI, et prive ceux-ci de leurs droits humains. Des enfants pas plus âgés que sept ans peuvent être punis de flagellation. Les actes homosexuels librement consentis et l’avortement sont punissables de mort par lapidation ou flagellation. »

« Ces punitions d’un autre temps sont nauséabondes, comme l’est l’état d’esprit de la monarchie du Brunei. Dans les sociétés civilisées respectueuses des droits humains, l’homosexualité, la bisexualité et l’avortement ne sont pas des crimes. Je demande la fin immédiate de ce code pénal fondé sur la charia. À défaut, l’UE n’aura pas d’autre choix que d’imposer des sanctions dures aux représentants gouvernementaux et au sultan du Brunei. Il faut leur imposer des interdictions de voyage et des sanctions financières, y compris la saisie d’avoirs. »

Contact presse S&D

Czerny-grimm Inga

CZERNY-GRIMM Inga

Press Officer
Pologne

Sur le même sujet

Communiqué de presse

À la veille des élections présidentielles au Bélarus, les S&D appellent Loukachenko à cesser la répression contre ses opposants

Communiqué de presse

Les S&D condamnent le renforcement par la Chine de son emprise sur Hong Kong

Communiqué de presse

« Les États membres de l’UE doivent intensifier l’aide à la population syrienne, sans pour autant normaliser les relations avec le régime d’Assad », déclarent les S&D