Publié:
Partager:

Ce 14 janvier, le Parlement européen débattait de la récente confrontation entre l’Iran et les USA et le rôle possible de l’UE dans l’apaisement des tensions. Dans ce cadre, les Socialistes & Démocrates appellent toutes les parties à faire preuve de retenue, afin d’éviter toute escalade dans la région et au-delà. Le Groupe S&D exhorte les États membres de l’UE à montrer leur attachement à la démocratie et à l’unité de l’Irak, et à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour sauvegarder accord nucléaire avec l’Iran (PAGC). 

Kati Piri, viceprésidente S&D chargée des affaires étrangères, a déclaré ceci :

« Après une longue série de provocations commise depuis le retrait hasardeux des USA du PAGC, l’assassinat du général iranien Soleimani risque d’entraîner la région dans une spirale d’instabilité très dangereuse. Il est donc capital de soutenir les efforts déployés par le Haut Représentant de l’UE Josep Borrell, qui visent à apaiser les tensions et sauvegarder l’accord nucléaire avec l’Iran. »

« Alors que les intérêts des membres de l’alliance atlantique semblent diverger de plus en plus, et en présence du désengagement US de la région, le moment est venu de lancer un débat réaliste sur l'autonomie stratégique de l'Europe et sur la sauvegarde de la sécurité et des intérêts de celle-ci. »

« Nous présentons notre solidarité aux familles des victimes de l’avion ukrainien abattu. Nous exhortons les autorités iraniennes de permettre aux observateurs internationaux d’entreprendre une enquête approfondie et transparente. Par ailleurs, l’Iran doit s’abstenir de tout usage de la force contre des manifestants pacifiques, descendus dans les rues pour protester contre l’incompétence, la mauvaise gestion et l’autoritarisme du régime. Nous exhortons les autorités iraniennes à entendre les demandes légitimes de sa population et à s'engager dans une dialogue authentique sur leurs droits politiques et sociaux. »

« Enfin, l’UE doit poursuivre et, le cas échéant, intensifier son soutien à l’unité et la démocratie en Irak. Cela implique le renforcement de la mission européenne de soutien à la réforme du secteur de la sécurité, ainsi que des actions de soutien contre la résurgence de la menace de l’État islamique. »

Tonino Picula, eurodéputé et coordinateur S&D en commission Affaires étrangères, a ajouté ce qui suit :

« Il est vrai que le général Soleimani s’est rendu coupable d'innombrables atrocités, particulièrement en Syrie, où il a renfloué le régime brutal de Bachar Al-Assad. Ceci dit, l’assassinat d’un dignitaire de haut rang d’un pays étranger a ouvert une boîte de Pandore dans la région. »

« Dans ces conditions, l’UE doit rester unie derrière son Haut Représentant Josep Borrell. Elle doit collaborer avec l’ensemble des parties internationales responsables, particulièrement dans la région, afin de promouvoir de toute urgence des solutions diplomatiques et de préserver l’accord nucléaire avec l’Iran. Cela est crucial autant pour la sécurité de la région que pour celle de notre continent. Nous devons faire en sorte que l’Iran revienne au respect plein et entier des obligations contractées dans le cadre du PAGC. Cela implique l’utilisation d’outils diplomatiques et techniques pour protéger les entreprises européennes contre les sanctions étatsuniennes. Il s’agit d’assurer le maintien des investissements européens en Iran et de permettre à la population iranienne de ressentir les avantages de l’accord. »

Eurodéputés impliqués

PIRI Kati

Vice-président/e
Pays-Bas

PICULA Tonino

Coordinateur
Croatie

Contact presse S&D

CZERNY-GRIMM Inga

Press Officer
Pologne

Sur le même sujet

Communiqué de presse

« La stratégie africaine de l’UE doit viser un partenariat entre égaux, tant pour l'économie que les droits humains, la démocratie et le commerce équitable », lancent les S&D

Communiqué de presse

Pour les S&Ds, la nouvelle méthodologie d’élargissement doit plus viser l’État de droit et les dimensions sociale et verte

Communiqué de presse

Les S&D constatent des conditions profondément inquiétantes dans les camps à la frontière bosniaque