Publié:
Partager:

La violente répression militaire exercée contre les manifestants de Khartoum, capitale du Soudan, a soulevé des inquiétudes mondiales. Dans ce contexte, le Groupe S&D demande l’arrêt immédiat des attaques violentes contre les manifestants pour la démocratie, ainsi que la reprise du dialogue pour une transition démocratique pacifique et de nouvelles élections. 

Udo Bullmann, chef de file du Groupe S&D au Parlement européen, a déclaré ceci :

« La violence n’est jamais une solution viable, elle ne fait qu’aggraver les problèmes. La répression brutale exercée par des unités paramilitaires soudanaises doit s’arrêter immédiatement, et les auteurs doivent être traduits en justice. Le dialogue reste la seule solution pour assurer une transition ordonnée vers de nouvelles élections démocratiques et transparentes. »

« La communauté internationale ne peut pas rester silencieuse et passive face à ces massacres brutaux. Les tentatives chinoises et russes de bloquer toute intervention de rétablissement de la paix sur le terrain par l’ONU doivent être condamnées fermement, ainsi que l’ingérence constante de puissances étrangères comme l’Arabie saoudite et l’Égypte. »

« En cas d’éruption de nouvelles violences, les États membres de l’UE devront immédiatement envisager l’application de sanctions ciblées. Il s’agit de défendre le droit à la manifestation pacifique et de faciliter l’avènement d’un avenir démocratique pour la population soudanaise. »

Eurodéputés impliqués

BULLMANN Udo
Coordinateur
Allemagne

Contact presse S&D

BERNAS Jan
Press Officer
Italie

Sur le même suje

Communiqué de presse

Trois activistes brésiliens de l’environnement et des droits humains nominés par les S&D pour le prix Sakharov 2019

Communiqué de presse

Les S&D demandent une commission parlementaire spéciale pour enquêter en profondeur sur les ingérences étrangères dans les processus démocratiques européens

Communiqué de presse

Nous sommes aux côtés de Kaftancioglu, grande figure de l’opposition en Turquie, contre son inacceptable condamnation à 9 ans de prison