Publié:
Partager:

Ce 20 novembre, le Groupe S&D saluait l’adoption par l’Assemblée nationale de Hanoï d’un code du travail réformé. Cependant, le Groupe S&D estime qu’il reste une série de domaines comme les droits de l'homme, où le Vietnam doit encore progresser.

Kathleen van Brempt, eurodéputée et coordinatrice S&D en commission Commerce international (INTA), a déclaré ceci :

« Avec l’adoption de la réforme du code du travail, l’Assemblée nationale du Vietnam envoie un signal important à cette étape du processus de ratification de l’ALE. Cependant, aux yeux du Groupe S&D cet accord commercial est loin d’être conclu. Avant de prendre une décision concernant les prochaines étapes du processus, les eurodéputés S&D prendront le temps d’étudier soigneusement et en détail les réformes adoptées. Il s’agit de vérifier si celles-ci répondent aux demandes du Groupe concernant les droits fondamentaux au travail. »

« En effet, les majorités au nouveau Parlement européen sont loin d’être automatiques. Pour construire une majorité au PE en faveur de cet accord de libre-échange, la présentation par le Vietnam d’une feuille de route crédible concernant la réponse à nos préoccupations, constituerait un atout de taille. Il s’agit de la ratification des conventions fondamentales de l’OIT en suspens : la 105 sur le travail forcé, et la 87 sur la liberté d'association. »

Jude Kirton-Darling, eurodéputé et rapporteur fictif S&D, a ajouté ce qui suit :

« Une récente délégation INTA à Hanoï a permis aux eurodéputés S&D d’entendre le gouvernement vietnamien, ainsi qu’une série de voix de la société civile et d’ONG, au sujet de la situation des droits fondamentaux au travail et des droits de l'homme au Vietnam. Nous avons souligné que les progrès concrets dans ces deux domaines constituaient la priorité principale du Groupe S&D. »

« Si le vote de l’Assemblée nationale de ce jour témoigne du fait que le Vietnam a accompli un pas dans la bonne direction et a répondu à une série de préoccupations des travailleurs, il reste du pain sur la planche. Ces réformes doivent contribuer à la ratification des conventions fondamentales de l’OIT en suspens. Nous sommes impatients de nous former une idée plus précise sur la manière dont nos homologues vietnamiens comptent y parvenir. »

« Par ailleurs, le Groupe S&D souhaite aussi plus de mesures concrètes d’amélioration des droits de l'homme, dont il déplore la détérioration de ces dernières années. Les mesures de mise en œuvre de la nouvelle législation vietnamienne relative à la cybersécurité doivent garantir le respect des libertés fondamentales. À nos yeux, les critères clés sont les préparations de mise en œuvre en temps opportun de l’ALE, et en particulier du chapitre sur le commerce et le développement durable, ainsi que la réalisation de progrès tangibles. Nous voulons que tant les entreprises que les populations profitent du resserrement des relations commerciales entre l’UE et le Vietnam. »

Note aux rédacteurs :

La commission Commerce international (INTA) a lancé sa procédure d'approbation de l’accord de libre-échange et de protection des investissements entre l’UE et le Vietnam. Les deux premiers échanges de vues ont eu lieu le 2 octobre et le 6 novembre. Les prochains sont prévus les 2 et 3 décembre. Dans ce cadre, les commissions Développement et Pêche, ainsi que la sous-commission Droits de l’homme, apportent également leur avis. La commission INTA se prononcera les 20 et 21 janvier 2020. Le vote en plénière est prévu en février 2020.

Eurodéputés impliqués

VAN BREMPT Kathleen

Head of delegation
Coordinateur
Belgique

Contact presse S&D

MACPHEE Ewan

Press Officer
Royaume-Uni

PELZ Silvia

Press Officer
Allemagne