Partager:

Le Groupe S&D appelle au renforcement de la lutte contre le blanchiment d’argent dans toute l’UE. Il s’agit, entre autres, d’instaurer un régime de sanctions effectives, accompagné de pénalités financières pour les entreprises contrevenantes.

Ce vendredi 10 juillet, les eurodéputés S&D voteront la résolution qui définit la position forte du Parlement européen en faveur de la prévention du blanchiment d’argent et du financement du terrorisme. Les propositions législatives de la Commission, en la matière, sont attendues début 2021.

 

Eero Heinäluoma, eurodéputé S&D membre de la commission Affaires économiques et monétaires, a déclaré ceci :

« Quand 99 % de l’argent blanchi continue à remplir les poches des criminels européens, il est clair que les mesures prises par les États membres sont insuffisantes. La règlementation existante contre le blanchiment et le financement du terrorisme est constituée d’un patchwork de lois nationales. L’UE est très loin d’agir en tant que bloc uni, ce qui est indispensable pour lutter efficacement contre ces activités financières illégales. Pour couronner le tout, le récent scandale concernant Wirecard et le rôle très douteux joué dans ce contexte par les auditeurs, démontrent à l’évidence les conséquences néfastes de la fragmentation de la supervision. Dans ce contexte, le Groupe S&D est favorable à l’instauration d’une législation unique, fondée sur des règles communes et supervisée par l’UE. »

« La même résolution demande également la réforme du secteur des audits. La crédibilité des audits des sociétés est vitale pour restaurer la confiance et protéger les investisseurs.  Si, ensuite, les sociétés auditées ne respectent toujours pas les règles antiblanchiment, il faut leur appliquer un régime de sanctions fort. Les comportements négatifs doivent être sanctionnés par des poursuites pénales et des amendes, calculées en pourcentage du chiffre d’affaires. »

 

Paul Tang, eurodéputé S&D membre de la commission Libertés civiles, Justice et Affaires intérieures, a ajouté ce qui suit :

« Le Groupe S&D a toujours été aux avant-postes de la lutte, au niveau de l'UE, contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. En effet, nous ne pouvons pas permettre aux criminels d’exploiter le système fragmenté de l’UE pour cacher et dépenser des milliards d’euros gagnés illégalement. L’UE doit se doter de règles fortes et uniformes pour arracher cet argent des mains des criminels et le rendre aux Européens, qui en ont plus besoin que jamais. »

« Le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme ne supportent pas la lumière du jour. La transparence est donc un élément essentiel de cette lutte. En conséquence, les États membres doivent remplir sans délai les registres des propriétaires effectifs. Il s’agit de connaître avec précision les propriétaires des sociétés, des propriétés et des instruments d’investissement. Ces mesures doivent être accompagnées d’un processus ouvert de désignation des pays tiers qui agissent insuffisamment contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Le tout nous permettra de mobiliser le public pour faire pression en faveur d’une règlementation stricte et exécutoire. »

Eurodéputés impliqués

HEINÄLUOMA Eero

HEINÄLUOMA Eero

Trésorier
Finlande
TANG Paul

TANG Paul

Membre
Pays-Bas

Contact presse S&D

Macphee Ewan

MACPHEE Ewan

Press Officer
Royaume-Uni

Sur le même sujet

Communiqué de presse

C’est officiel : les directives pour l’obtention d’argent européen destiné à la relance intègrent des demandes socialistes clés

Communiqué de presse

Les S&D plaident en faveur d’aides d’urgence et de solutions à long terme pour la crise humanitaire qui touche les migrants en Bosnie-et-Herzégovine

Communiqué de presse

Les S&D rejettent l’ajustement du MiFID, une dérégulation néfaste des marchés alors qu’il faudrait soutenir les PME