Partager:

Le Parlement européen a négocié la structure d’un nouvel instrument financier, les titres adossés à des obligations d’État (SBBS), sous la responsabilité de l’eurodéputé S&D Jonás Fernández Álvarez. Si les colégislateurs les adoptent, les SBBS aideront les banques à diversifier leurs expositions aux risques souverains et à réduire le lien avec leurs gouvernements nationaux. Pour les citoyens européens, cet instrument constitue une nouvelle avancée progressiste vers un environnement économique plus stable et plus sûr, dans le cadre de l’Union bancaire.

 

Jonás Fernández Álvarez, négociateur S&D en chef pour les titres adossés à des obligations d’État (SBBS), a déclaré ceci :

« Les titres adossés à des obligations d’État sont conçus tant pour réduire que partager les risques. En conséquence, ils améliorent la stabilité financière de la zone euro, ce que nous autres Socialistes & Démocrates demandons depuis des années. En effet, la crise financière nous a fait prendre conscience de la grande vulnérabilité du secteur bancaire de la zone euro à l’interdépendance des banques et des emprunteurs souverains. Les SBBS contribueront à réduire le lien entre les banques et les emprunteurs souverains, et donc à mieux diversifier les portefeuilles dans le secteur financier. De plus, ces titres accroîtront l’attractivité des marchés plus petits et moins liquides pour les investisseurs internationaux. »

 

Pervenche Berès, eurodéputée et porteparole du Groupe S&D pour les affaires économiques et monétaires, a ajouté ce qui suit :

« La crise financière de 2008 nous a enseigné qu’il nous faudra investir beaucoup d’efforts dans le renforcement de la stabilité et dans la réduction des risques du système financier. Adossés à un portefeuille diversifié d’obligations d'État de la zone euro, les SBBS constituent un progrès certes réduit mais en tout cas utile. Il s’agit en effet d’instruments financiers exploitables par les banques à des fins de diversification et de partage des risques, dans toute la zone euro, et où seuls les investisseurs privés supporteraient les pertes éventuelles. »

 

Eurodéputés impliqués

FERNÁNDEZ Jonás

FERNÁNDEZ Jonás

Coordinateur
Espagne

Contact presse S&D

Wolschlager Markus

WOLSCHLAGER Markus

Political Advisor
Autriche

Sur le même sujet

Communiqué de presse

Iratxe García qualifie de « décevante » la proposition de Charles Michel concernant le plan de relance et le CFP

Communiqué de presse

En l’absence d’une règlementation antiblanchiment, européenne et efficace, les criminels se remplissent les poches

Communiqué de presse

Pour les S&D, l’industrie de l'avenir sera verte, durable et sociale