Partager:

Dans la nuit du 12 au 13 septembre, les négociateurs du Parlement et du Conseil européens ont conclu un accord politique concernant la prolongation, jusqu’en 2020, du plan européen d’investissement. Celui-ci pourra mobiliser 500 milliards d’euros d’investissements publics et privés.

Udo Bullmann, eurodéputé S&D et négociateur du Parlement européen, et Jose Manuel Fernandes, eurodéputé PPE, ont fait la déclaration conjointe suivante :

« L’accord politique de la nuit passée, au sujet de la prolongation du Fonds européen d'investissement stratégique (FEIS), a pu être réalisé grâce aux superbes efforts consentis par toute l’équipe de négociation du Parlement. Le résultat augmente l’efficacité du FEIS, qui mettra plus l’accent sur les investissements durables. Cela renforcera la contribution du Fonds à la modernisation et au renouveau de l’économie de l’UE. »

« En effet, le FEIS ne doit pas juste être un instrument de présentation de chiffres à effet d’annonce. Son rôle consiste à soutenir des projets qui génèrent des retours sociaux et économiques élevés. Nous avons fait en sorte que ces aspects constituent le cœur de la mission du Fonds. En améliorant la transparence de la procédure de sélection, le Fonds sera obligé de choisir de meilleurs projets, de moins concurrencer d’autres sources de financement et de mettre plus l’accent sur la lutte contre le changement climatique, conformément à l’accord COP 21. »

« Lors de la préparation de ces négociations marathoniennes, notre équipe a écouté attentivement les préoccupations des parties prenantes et des praticiens. Cela n’a fait qu’accroître notre détermination à améliorer la collaboration du FEIS avec les partenaires locaux, afin d’assurer aux petits et moyens projets une chance de soutien. L’accord réalisé la nuit dernière constitue une grande victoire en la matière. En effet, il renforce significativement le rôle des acteurs régionaux comme les banques de développement et les plateformes d’investissement. »

« Toutefois, l’implication du PE ne s’arrête pas là. En effet, nous nous sommes battus pour pouvoir nommer un expert au comité de pilotage du FEIS. Cet esprit indépendant fera en sorte que la course aux récits de belles réussites n’entrave pas la mise en œuvre appropriée des nouvelles règles. »

Eider Gardiazábal Rubial, eurodéputée et négociatrice du Groupe S&D en commission des budgets, a ajouté ceci :

« Ce renforcement du FEIS peut contribuer à créer des emplois de grande qualité, à doper la croissance ainsi que la compétitivité européenne. En effet, nous avons obtenu des améliorations significatives à la proposition originale de la Commission, par exemple le fait que moins d’argent sera soustrait au Mécanisme pour l'interconnexion en Europe. Il s’agit d’un domaine important, conçu pour financer des infrastructures transfrontières. Lui retirer de grandes sommes pour financer le FEIS serait totalement contre-productif. Par ailleurs, l’accord final porte la garantie de l’UE à 26 milliards d’euros, et assure le non-prélèvement d'argent sur des projets européens existants et importants. »

Eurodéputés impliqués

BULLMANN Udo

BULLMANN Udo

Coordinateur
Allemagne
GARDIAZABAL RUBIAL Eider

GARDIAZABAL RUBIAL Eider

Coordinateur
Espagne

Contact presse S&D

Hélin-villes Solange
Head of Unit

HÉLIN-VILLES Solange

France

Sur le même sujet

Communiqué de presse

« Les citoyens de l’UE attendent, aussi vite que possible, un vaccin contre le COVID-19 sûr et accessible à tous », lancent les S&D

Communiqué de presse

La Commission doit être plus ambitieuse concernant les cancérogènes, afin de mieux protéger la santé des travailleurs

Communiqué de presse

Les progressistes sont à la barre de la réforme de la garantie pour les jeunes, destinée à mettre fin aux stages non payés au sein de l'UE