Publié:
Partager:

Le gouvernement britannique a subi une nouvelle défaite historique au sujet de l’accord de retrait.

Udo Bullmann, président du Groupe S&D et Roberto Gualtieri, porteparole du Groupe S&D pour le Brexit, ont réagi comme suit :

« Theresa May a encore échoué en raison de son approche irréfléchie et inflexible. Elle a perdu des mois à courir après les votes des Brexiters durs, au lieu de dialoguer avec le Labour en vue de l’élaboration d’un consensus transpartisan. Comme dit le dicton, se tromper est humain, persévérer dans l’erreur est diabolique. Le parlement britannique doit prendre le contrôle, ce lundi, pour trouver une majorité en faveur d’une sortie de la confusion : soit une relation plus étroite avec l’UE, soit un retour devant la population. »

« Car bien que le parlement ait systématiquement affirmé son opposition à un Brexit sans accord, le risque grandit de voir cette éventualité se réaliser par accident le 12 avril. Si l’absence d’accord est négative pour tout le monde, ce serait un désastre pour le Royaume-Uni. Les citoyens ne doivent pas payer le prix de l’échec des politiciens. En cas de ‘no deal’, notre Groupe prendra l’initiative pour faire en sorte que les droits des citoyens soient protégés. »

« Il faut à présent une prolongation plus longue, impliquant la participation du Royaume-Uni aux élections européennes. Même si cela apporte des complications, celles-ci sont insignifiantes comparées à la nécessité de définir des relations correctes entre le Royaume-Uni et l’Union européenne. La prolongation doit donc être accordée, mais dans un but précis. »

Eurodéputés impliqués

BULLMANN Udo

Coordinateur
Allemagne

Sur le même sujet

Communiqué de presse

Šefčovič ouvre le bal des auditions des commissaires par le PE et obtient un large soutien

Communiqué de presse

« Il est encore possible de trouver un compromis entre les candidats de tête concernant la présidence de la Commission européenne », affirme Iratxe Garcia

Communiqué de presse

Pour le chef de file du Groupe S&D, les dirigeants de l’UE doivent envoyer un audacieux signal de renouveau depuis Sibiu