Partager:

Sur initiative des Socialistes & Démocrates, la commission Emploi du Parlement européen adoptait ce 22 septembre d’importantes améliorations à la garantie pour les jeunes, particulièrement concernant les critères de qualité et la rémunération des stages. De la sorte, les eurodéputés appellent la Commission et les États membres à mettre fin, une fois pour toutes, à la pratique des stages non rémunérés sur le marché du travail de l’UE. Le texte instaure un instrument juridique commun qui assure la rémunération des stages et apprentissages et rend celle-ci obligatoire.

Brando Benifei, eurodéputé S&D responsable de la garantie pour les jeunes, a déclaré ceci :

« Avec le vote de ce jour, la commission Emploi ne demande pas seulement une réforme profonde et indispensable de la garantie pour les jeunes, particulièrement l’instauration de critères de qualité contraignants pour les offres d’emploi et de stage, mais aussi une révision du cadre qualitatif des stages et apprentissages. En effet, aujourd’hui plus que jamais il faut veiller à la mise en œuvre du principe de rémunération équitable, et à l'utilisation de l'ensemble des ressources disponibles, y compris l'instrument SURE, afin de soutenir les jeunes dans le besoin. »

« La garantie pour les jeunes a aidé des millions de jeunes à passer le cap de l'emploi rémunéré. Comme avec les crises précédentes, les retombées économiques de la pandémie de COVID-19 créent d’immenses obstacles sur la voie des jeunes vers un emploi de qualité.  Le danger d’exploitation est très réel. Il est donc grand temps de prendre plus de mesures. Nos amendements, adoptés lors du vote d’aujourd’hui, nomment comme il convient la pratique des stages non rémunérés : il s’agit d’une forme d’exploitation du travail, et d’une violation des droits des jeunes. Il faut bannir des marchés du travail européens les stages et apprentissages non rémunérés. Le Parlement européen soutient le droit de millions de jeunes Européens à être traités équitablement sur les lieux de travail, et à améliorer leurs conditions économiques et sociales. Le Groupe S&D a fait en sorte que les droits des jeunes figurent à nouveau en haut de l’agenda de l’Union européenne. Nous défendrons nos réalisations en plénière. »

Agnes Jongerius, eurodéputée et porteparole S&D pour l’emploi, a ajouté ce qui suit :

« La garantie pour les jeunes a déjà aidé des millions de jeunes Européens à obtenir des emplois, des formations et des stages. Dans cette période où la crise du COVID-19 affecte gravement l'emploi, la garantie pour les jeunes peut contribuer à éviter que l’Europe connaisse une génération perdue. Je suis fière que ma famille politique ait joué un rôle essentiel dans la création de la garantie pour les jeunes. À présent, nous œuvrons au renforcement de celle-ci, afin d'être en mesure de répondre aux nouveaux défis. Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour éviter que les jeunes soient piégés dans un cercle vicieux de stages non rémunérés, d’emplois précaires et de chômage. »

Note aux rédacteurs :

À la suite d’une campagne conjointe du parti socialiste européen et du Groupe des Socialistes & Démocrates au Parlement européen, accompagnée du lancement d’une proposition en la matière par le commissaire européen socialiste László Andor, la garantie européenne pour les jeunes était mise en place moyennant l’adoption en avril 2013 d’une recommandation du Conseil. Depuis 2014, plus de 16 millions de jeunes ont participé à des programmes dans le cadre de cette garantie pour les jeunes. Dix millions d’entre eux ont accepté une offre d’emploi, de formation, d'apprentissage ou de stage.

La garantie pour les jeunes a pour but de proposer à chaque jeune de moins de 30 ans une offre de qualité relative à un emploi, une formation, un apprentissage ou un stage, dans les quatre mois de son inscription dans un centre de recherche d’emploi. La garantie pour les jeunes a contribué à la réduction du chômage des jeunes, ainsi que du nombre de jeunes de toute l’Europe qui ne travaillent pas et ne suivent ni études ni formation (les NEET).

Eurodéputés impliqués

JONGERIUS Agnes

JONGERIUS Agnes

Head of delegation
Coordinateur
Pays-Bas
BENIFEI Brando

BENIFEI Brando

Head of delegation
Membre
Italie

Contact presse S&D

Pelz Silvia

PELZ Silvia

Press Officer
Allemagne

Sur le même sujet

Communiqué de presse

Relance de l’initiative « Une société progressiste » : il est temps de refonder le capitalisme – et nous avons un plan pour le faire

Communiqué de presse

En pleine crise du COVID-19, les S&D défendent les gens et la planète contre les idéologues incorrigibles de l’austérité

Communiqué de presse

« Ne perdons pas de temps dans la réalisation des promesses faites aux citoyens de l’UE ! », lancent les S&D à propos du programme de travail 2021 de la Commission