Publié:
Partager:

Le nouveau gouvernement israélien a prêté serment après un vote d’investiture à la Knesset. Ainsi se clôturent près de 18 mois d'impasse politique. L’accord de coalition prévoit le remplacement du premier ministre Benyamin Nétanyahou par le président du parti Bleu-Blanc, Benny Gantz, au bout de 18 mois. Le parti travailliste a également rejoint le gouvernement dirigé par Nétanyahou.

Iratxe García Pérez, présidente du Groupe S&D, a déclaré ceci :

« La manière dont le nouveau gouvernement Nétanyahou, soutenu par le parti Bleu-Blanc, a vu le jour, nous inquiète profondément. »

« En effet, il était possible de mettre fin à l’ère Nétanyahou. Nous regrettons la décision du parti travailliste israélien de rejoindre la coalition. Il manque ainsi l’occasion historique de contribuer à la terminaison de cette page infamante de la politique israélienne. »

« Ce gouvernement semble plus viser la mise en œuvre d'une stratégie de sortie pour Benyamin Nétanyahou, que la réalisation de son programme politique, qui reste dangereux. Cependant, au cas où Nétanyahou joindrait l’acte à la parole on pourrait assister à l’annexion illégale des territoires occupés par Israël. »

« Le Groupe S&D ne l’acceptera jamais. Nous réitérons notre conviction ferme que la solution des deux États, négociée, juste, viable et soutenue conjointement par les peuples palestinien et israélien, est la seule manière d’aboutir à une paix durable au Moyen-Orient. »

 

Kati Piri, viceprésidente S&D chargée des affaires étrangères, a ajouté ce qui suit :

« Nous sommes fermement opposés à l’accord de coalition qui fonde ce gouvernement – et en particulier, à la perspective d’annexion de la Cisjordanie occupée. »

« Cela constituerait une violation flagrante du droit international, ainsi qu’une violation de l’article 2 de accord d'association entre l’UE et Israël. Le cas échéant, l’UE devra riposter en conséquence. »

« Dans ces circonstances, nous appelons la communauté internationale à peser de tout son poids sur le gouvernement israélien. Il faut éviter que des décisions unilatérales détruisent tout espoir de paix fondée sur la solution des deux États. »

« De même, nous soutenons les efforts déployés par le Haut Représentant de l’UE Josep Borrell pour amener les États membres à adopter une position commune en la matière, et pour conférer à l’UE un authentique rôle politique dans le processus de paix. Il est grand temps de joindre les actes à la parole. »

Eurodéputés impliqués

GARCÍA PÉREZ Iratxe

GARCÍA PÉREZ Iratxe

President/e
Espagne
PIRI Kati

PIRI Kati

Vice-président/e
Pays-Bas

Contact presse S&D

Bernas Jan

BERNAS Jan

Press Officer
Italie

Sur le même sujet

Communiqué de presse

Les S&D condamnent le renforcement par la Chine de son emprise sur Hong Kong

Communiqué de presse

« Les États membres de l’UE doivent intensifier l’aide à la population syrienne, sans pour autant normaliser les relations avec le régime d’Assad », déclarent les S&D

Communiqué de presse

Pour les S&D, le nouveau parlement serbe est un simulacre de démocratie – qui aura des conséquences sur le processus d'élargissement