Partager:

En prévoyant des objectifs ambitieux de recyclage, le précédent plan d'action de la Commission européenne se concentrait principalement sur la fin de vie des produits. Le plan d’action en faveur de l’économie circulaire, présenté aujourd’hui, dépasse de loin cet objectif. Ce texte vise à définir des normes durables et respectueuses  de l'environnement pour la conception et la production des produits. Les progressistes pensent qu’il s’agit de la seule manière de mettre en œuvre le Green Deal européen, afin que l’Europe devienne le premier continent à zéro émission nette de gaz à effet de serre.

Simona Bonafè, viceprésidente et rapporteuse fictive S&D pour le plan d’action en faveur de l’économie circulaire, a déclaré ceci :

« En adoptant aujourd’hui le plan d’action en faveur de l’économie circulaire, le Parlement européen faisait un grand pas vers la reconnaissance de l’économie circulaire comme moteur de la relance sociale et économique de l’après pandémie de COVID-19. »

« À l’heure actuelle, l’humanité consomme annuellement 2,8 fois plus de ressources que la planète est capable de régénérer.  Cela n’est plus tolérable, si l’UE veut réaliser les objectifs de son Green Deal et mettre en œuvre une vraie stratégie industrielle durable. »

« En conséquence, nous estimons qu’il est crucial que la Commission européenne avance des propositions de lois concernant l’empreinte carbone et environnementale de la production et de la consommation de l’UE, tout en assurant la compétitivité et l’esprit innovant de celle-ci. »

« En commençant par un nouveau cadre législatif pour les produits durables et par le règlement relatif aux batteries, nous demandons la conception des produits dans une optique durable et circulaire. Il s’agit de permettre à l’Union d’atteindre la neutralité climatique. »

« Prévention, réutilisation, recyclage, régénération, réparation : voilà les grands axes de la révolution de l’économie circulaire. Et nous poursuivons le combat pour sa mise en œuvre. »

Jytte Guteland, eurodéputée et coordinatrice S&D en commission Environnement, a ajouté ce qui suit :

« L’Union doit mettre en place une économie circulaire, qui ouvre la voie à une croissance économique sans exploitation permanente des ressources naturelles. »

« Il faut donc une production plus intelligente, une utilisation plus durable des produits et une réutilisation des ressources renforcée. Investir dans l’économie circulaire est une solution gagnant-gagnant, car cela bénéficie aussi à l’emploi. En effet, l’économie circulaire permet la création de près de 700 000 emplois à l’horizon 2030. »

« Cela prouve que la protection environnementale, la durabilité et, plus généralement, la lutte contre le changement climatique, sont des conditions de la croissance économique et non des obstacles à celle-ci. Il faut une croissance durable pour tous. »

« Dans cette optique, le Groupe S&D salue le plan d'action en faveur de l’économie circulaire avancé par la Commission européenne. Cependant, nous voulons plus d’ambition. Nous voulons des objectifs précis et contraignants de réduction de l’utilisation des matières premières et de réduction des effets de la consommation sur l’environnement. »

Eurodéputés impliqués

BONAFÈ Simona

BONAFÈ Simona

Vice-président/e
Italie
GUTELAND Jytte

GUTELAND Jytte

Coordinateur
Suède

Contact presse S&D

Bernas Jan

BERNAS Jan

Press Officer
Italie

Sur le même sujet

Communiqué de presse

« Nous proposons une stratégie en matière de données qui est au service des citoyens », déclarent les S&D

Communiqué de presse

« La pollution atmosphérique tue 400 000 personnes par an – l’UE doit instaurer de nouvelles normes et lois pour que cela cesse », déclarent les S&D

Communiqué de presse

La politique de cohésion est alignée sur la réalisation des objectifs de neutralité climatique