Partager:

Les dirigeants des Groupes PPE, S&D, Renew Europe, Verts/ALE et CRE au Parlement européen publient une déclaration commune, dans laquelle ils demandent la tenue de nouvelles élections, libres, au Bélarus. Ils condamnent vigoureusement la violence et les tortures infligées par le régime de Loukachenko à des manifestants pacifiques.

 

 

« Nous applaudissons le courage et la détermination manifestés par la population bélarussienne. Nous soutenons résolument son désir de changement démocratique et de liberté. »

 

« En effet, les élections présidentielles du 9 août n’étaient ni libres ni équitables. Des informations crédibles pointent la victoire de Svetlana Tikhanovskaya. En conséquence, nous ne reconnaissons pas la réélection d’Alexander Loukachenko à la présidence du Bélarus, et nous le considérons comme persona non grata au sein de l’Union européenne. Nous joignons nos voix à celles de la population bélarussienne pour exiger de nouvelles élections, libres et supervisées par des observateurs indépendants. »

 

« Nous condamnons vigoureusement les arrestations et les horribles actes de violence et de torture infligés à des manifestants pacifiques. Nous demandons une enquête approfondie sur ces crimes, qui ne peuvent rester impunis. Dans cette optique, nous rappelons la responsabilité d’Alexander Loukachenko. Nous condamnons résolument la suppression d’internet et des médias, l’érection de barrages routiers, et l’intimidation de journalistes destinée à arrêter le flux d’informations sur la situation du pays. Nous demandons la libération immédiate de toutes les personnes détenues arbitrairement, ainsi que des prisonniers politiques incarcérés avant et durant la campagne électorale. »

 

« Dans le même esprit, nous saluons la décision des ministres des Affaires étrangères de l’UE de placer sur liste noire tous les responsables de la violence et de la falsification des élections présidentielles au Bélarus. Nous exhortons ces ministres à compléter au plus vite la liste des sanctions. Il faut que les auteurs de ces crimes soient interdits d’entrée dans l’UE et que leurs avoirs soient gelés. »

 

« L’Union européenne peut et doit agir plus fermement en faveur de la démocratie et de la liberté au Bélarus. Elle doit, entre autres, renforcer son assistance à la société civile bélarussienne, et cesser immédiatement tout soutien financier au gouvernement de ce pays et aux projets contrôlés par l’État. De même, nous suggérons la reprise des programmes européens d’assistance ciblée, afin d’aider les victimes de la répression et leurs familles. »

 

« L’Union européenne doit également réévaluer, résolument et sans ambiguïté, ses relations avec le régime au pouvoir actuellement au Bélarus, conformément aux valeurs et principes européens. L’UE doit reconsidérer sa coopération avec Minsk, y compris au sein du Partenariat oriental. L’UE doit donc réviser globalement sa politique envers le Bélarus. Il s’agit de prendre en compte différents scénarios et développements au sein de ce pays, y compris un accroissement substantiel du rôle de l’Union (politique, technique, financier). »

 

« Par ailleurs, nous regrettons que le régime de Loukachenko ait interdit d’entrée au Bélarus deux membres du Parlement européen, Petras Auštrevičius et Robert Biedroń. Ceux-ci effectuaient une visite d’ordre privé à Minsk, pour soutenir la population du pays. Nous proposons la nomination par l’UE d’un représentant spécial pour le Bélarus. Il s’agit de soutenir un processus de transition pacifique du pouvoir, conformément à la volonté de la population bélarussienne. »

 

« Dans cet esprit, nous appelons la Fédération de Russie à s’abstenir de toute interférence, directe ou indirecte, consécutive à ces élections. Nous appelons les institutions et les États membres de l’UE à contrer avec vigilance toute action russe dans ce sens. »

 

« Nous appelons l’UE à soutenir une transition pacifique du pouvoir, et à engager un dialogue avec l’opposition et la société civile bélarussiennes. Il s’agit de lancer un nouveau processus électoral, supervisé par une nouvelle commission électorale qui bénéficie de la confiance de toutes les parties. La population du Bélarus a le droit d’élire ses représentants politiques. »

 

« Zhyvie Belarus ! »

 

Manfred Weber, président du Groupe PPE

Iratxe García Pérez, présidente du Groupe S&D

Dacian Cioloș, président du Groupe Renew Europe

Ska Keller et Philippe Lamberts, coprésidents du Groupe Verts/ALE

Ryszard Legutko et Raffaele Fitto, coprésidents du Groupe CRE

Eurodéputés impliqués

GARCÍA PÉREZ Iratxe

GARCÍA PÉREZ Iratxe

President/e
Espagne

Contact presse S&D

Czerny-grimm Inga

CZERNY-GRIMM Inga

Press Officer
Pologne

Sur le même sujet

Communiqué de presse

Pas de coopération avec les autorités du Bélarus qui répriment leurs citoyens !

Communiqué de presse

Lancement par le Groupe S&D d’une quatrième « Semaine de l’Afrique », pour un nouveau partenariat UE-Afrique, égalitaire et durable

Communiqué de presse

Les S&D saluent le plan d’investissement pour les Balkans occidentaux – et mettent en garde contre tout contournement de la démocratie ou de l’État de droit