Publié:
Partager:

Ce 12 juillet, la commission Pêche du Parlement européen votait en faveur du plan pluriannuel pour les pêcheries de la mer du Nord. Celui-ci vise à garantir la durabilité des stocks et la mise en œuvre d’une approche de la gestion des pêcheries orientée écosystèmes. De plus, ce plan revête une importance cruciale dans la perspective du Brexit. Par ailleurs, les plans pluriannuels constituent un élément essentiel de la politique commune de la pêche réformée (PCP).

Le rapport sera soumis à la plénière en automne.

 

Ulrike Rodust, eurodéputée S&D et autrice du rapport, a déclaré ceci :

« Le plan pluriannuel pour les pêcheries de la mer du Nord constitue un élément très important de la mise en œuvre de la PCP, particulièrement dans le contexte de la sortie du Royaume-Uni de l’UE. Il faut considérer ce plan comme la pierre angulaire de la viabilité à long terme des stocks halieutiques de ce bassin maritime. »

« Nous souhaitons réaliser plusieurs objectifs à l’aide de ce rapport. Premièrement, nous voulons atteindre un niveau de pêche qui permette de réaliser aussi vite que possible le rendement maximal durable – c’est-à-dire en 2020 au plus tard – tout en garantissant à l'industrie des rendements durables. Deuxièmement, nous voulons être certains que les stocks concernés soient maintenus dans des limites biologiques sûres, et que les captures non exploitables soient réduites au minimum. Troisièmement, nous voulons mettre en place un cadre adapté à la mise en œuvre de la régionalisation de la gestion à long terme des stocks. »

« Dans cette optique, nous avons veillé à fonder les décisions sur les meilleurs conseils scientifiques disponibles, et à soumettre le plan à des révisions périodiques. Toutefois, il s’est avéré que pour le PPE et le CRE, les questions des taux de mortalité par pêche et des groupes de poissons à couvrir par le plan étaient épineuses, au point où ils ont menacé de rejeter le rapport dans son entièreté. Or, je suis persuadée que s’accrocher à des chiffres fixes ne constitue pas la bonne approche dans le contexte des taux. Il faut, au contraire, faire preuve de plus de souplesse dans l’intégration des conseils scientifiques sur la mortalité par pêche. »

« Dans cette optique, le rapport a surtout repris la liste exhaustive de groupes proposée par la Commission et pour laquelle nous nous étions battus. »

Étiquettes:
  • Common Fishery Policy CFP
  • Ulrike Rodust

Sur le même suje

Communiqué de presse

Les S&D jouent un rôle déterminant dans l’obtention d’un accord ambitieux pour la réduction de la pollution plastique marine

Communiqué de presse

Les S&D soutiennent une stratégie européenne qui mettra fin aux déchets plastiques d’ici 2030