Publié:
Partager:

Ce 15 février, lors d’un vote final à Strasbourg le Parlement européen approuvait l’accord économique et commercial global (AECG – CETA) avec le Canada. Suite à la forte pression exercée par le Groupe des Socialistes & Démocrates, la Commission y a intégré une série des demandes clés formulées par celui-ci. Les Socialistes & Démocrates ont, par exemple, conduit la bataille pour le règlement transparent et équitable des différends commerciaux. En effet, le système de résolution de litiges investisseur-État (RDIE) a été supprimé de l’AECG et remplacé par un système juridictionnel des investissements. De plus, le Groupe S&D a obtenu le contrôle souverain et exclusif des normes et services publics européens, ainsi que la garantie d’application du principe de précaution. Nous avons également obtenu un engagement clair concernant le droit de réglementer, qui exclut toute responsabilité au cas où seraient affectées les perspectives bénéficiaires privées.

Toutefois, si le Groupe S&D a amélioré l’AECG, cela ne suffit pas. En effet, nous sommes à l’écoute des inquiétudes et préoccupations des citoyens. Dans cette optique, nous considérons l'AECG comme le premier pas vers une nouvelle approche progressiste des relations commerciales. L’ère de la mondialisation sans entraves doit prendre fin. Elle doit être remplacée par un système commercial plus transparent et plus démocratique, dont les bénéfices sont largement redistribués parmi tous les citoyens.

Elena Valenciano, eurodéputée et porteparole S&D pour les affaires étrangères et le commerce, a déclaré ceci :

« Avec un président US protectionniste, qui remet ouvertement en cause l’ordre mondial multilatéral, et dans le contexte d’une aggravation des violations territoriales commises par la Chine et la Russie, les Européens doivent plus que jamais s’unir et renforcer les liens avec leurs alliés les plus proches. Or, dans le monde d’aujourd’hui, il n’y a probablement pas d’autre pays avec lequel nous autres Européens partageons plus de valeurs et d'intérêts que le Canada. »

« Ni le néolibéralisme sans entraves ni l'érection de murs ne sont des réponses viables à la mondialisation. En tant que progressistes, nous devons être partisans d’ouverture, de règles démocratiques, de supervision publique et de protection des populations. À cet effet, nous devons veiller à ce que le commerce soit non seulement libre, mais aussi équitable – parce que personne ne le fera à notre place. Dans cette optique, l’AECG n’est qu’une étape vers la mise en place d’une politique commerciale progressiste. Aujourd’hui plus que jamais, nous nous battrons pour cet objectif, jusqu’à ce que nous arrivions à une mondialisation profitable à tous. »

Sorin Moisa, eurodéputé S&D responsable de l’AECG au sein du Groupe S&D, a ajouté ceci :

« L’AECG n’est certes pas parfait – mais c’est l’accord commercial le plus avancé jamais conclu par l’UE. Les Socialistes & Démocrates étaient à la pointe de la bataille pour le rendre plus progressiste. Nous avons remporté de nombreuses victoires, dont le remplacement du RDIE est la plus notoire. En plus des améliorations déjà ancrées dans le texte, nous avons obtenu plusieurs engagements de la Commission et du gouvernement canadien. Ceux-ci concernent la future révision de l’accord, particulièrement au sujet du développement durable et du système juridictionnel des investissements. »

« Cet accord commercial entre l’UE et le Canada a le potentiel de créer des emplois au sein de l’UE et de générer de nouvelles opportunités économiques pour les entreprises de l’UE, notamment les PME. Par ailleurs, l’AECG est la première étape vers l’instauration d’une approche commerciale progressiste pour l’UE. Dans cette optique, le Groupe S&D continuera à se battre pour une révision et une mise en œuvre transparentes, inclusives et progressistes de l’AECG. »

Vous trouverez ici la résolution du Groupe S&D concernent l’AECG (CETA).

Sur le même sujet

Communiqué de presse

Les S&D condamnent le renforcement par la Chine de son emprise sur Hong Kong

Communiqué de presse

« Les États membres de l’UE doivent intensifier l’aide à la population syrienne, sans pour autant normaliser les relations avec le régime d’Assad », déclarent les S&D

Communiqué de presse

Pour les S&D, le nouveau parlement serbe est un simulacre de démocratie – qui aura des conséquences sur le processus d'élargissement