Partager:

Le débat de ce 4 juillet sur l’avenir de l’Europe, entre le Parlement européen et le premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki, s’est tenu à un moment très troublant pour la démocratie polonaise. En effet, pas plus tard qu’hier une nouvelle loi entrait en vigueur qui permet le limogeage d’environ 40 % des juges de la Cour suprême.

 

Udo Bullmann, président du Groupe S&D, a déclaré ceci :

« Le premier ministre Morawiecki est venu parler de l’avenir de l’Europe. Sauf qu’il nous ramène vers un passé européen que nous ne voulons absolument pas revivre. En effet, le parti gouvernemental Loi et Justice (PiS) d’inspiration nationaliste, qu’il représente, a mis en œuvre une série de réformes qui modifient drastiquement le caractère de la démocratie polonaise. »

« Le judiciaire est-il toujours indépendant et existe-t-il toujours une séparation des pouvoirs, en Pologne ? J’en doute. Après avoir mis la main sur la cour constitutionnelle pour la paralyser, après avoir totalement politisé le conseil national du judiciaire, le PiS s’attaque au démantèlement de la Cour suprême, ultime bastion du judiciaire en Pologne. En effet, la réforme entrée en vigueur hier permet de pousser vers une retraite anticipée des douzaines de juges, et de bourrer cette Cour de soutiens gouvernementaux. Dans ce contexte, nous protestons vivement contre le limogeage de la première présidente Malgorzata Gersdorf, ainsi que d’autres juges. Nous admirons leur détermination et responsabilité dans la lutte pour garantir le respect de la constitution polonaise. »

« Cependant, la prise de contrôle du pouvoir judiciaire et des médias publics semble encore insuffisant. À présent, le gouvernement PiS prévoit de changer la loi qui régit les élections européennes de l'année prochaine, afin de maximiser ses gains électoraux. »

« Par ailleurs, le fait que la majorité PiS a aussi recommencé à travailler sur une loi pour encore plus criminaliser l’avortement, nous scandalise. Ils veulent forcer les femmes à donner naissance, même s’il est clair que l’enfant ne survivra pas ou souffrira horriblement durant sa brève apparition sur Terre. Cela est une agression contre les femmes. Toutefois, je reste confiant en voyant le nombre de femmes polonaises qui descend dans la rue en défense de leurs droits. Nous sommes aux côtés de cette société civile polonaise si dynamique, qui s’oppose aux actions non-démocratiques et illibérales de l’actuel gouvernement. »

« De même, nous soutenons résolument l’initiative de la Commission européenne de déclencher la procédure de l‘article 7, afin de défendre l’État de droit en Pologne. Dans le même esprit, nous avons soutenu sa dernière décision de défendre la Cour suprême. Car nous devons faire en sorte que les droits des Polonais – comme de tous les citoyens de l’UE – de vivre dans une société libre, ouverte et démocratique, soient respectés. C’est notre devoir, et en tant que membres du Parlement européen, et entant qu’Européens. »

« Il n’en reste pas moins que la Pologne est une grande nation. Les Polonais doivent être traités conformément aux standards les plus élevés. Et le gouvernement PiS doit cesser de démanteler la démocratie polonaise ! »

Eurodéputés impliqués

BULLMANN Udo

BULLMANN Udo

Coordinateur
Allemagne

Contact presse S&D

Czerny-grimm Inga

CZERNY-GRIMM Inga

Press Officer
Pologne

Sur le même sujet

Communiqué de presse

Les S&D demandent des sanctions ciblées à l’encontre de ceux qui violent les droits humains en Azerbaïdjan

Communiqué de presse

25e anniversaire du génocide de Srebrenica : nous ne devons jamais oublier !

Communiqué de presse

Les actions unilatérales de la Turquie menacent la paix et la sécurité en Méditerranée orientale