Partager:

Tard dans la nuit du 29 mai, les négociateurs du Parlement européen et des gouvernements nationaux se sont mis d’accord sur un plan baptisé WiFI4EU (wifi pour l’Europe). Il s’agit de proposer la connectivité wifi gratuite dans les espaces publics comme les parcs, les places et les bâtiments publics, partout en Europe. L’accord prévoit la libération d’un montant global de 120 millions d’euros pour financer l’équipement, qui mettra à la disposition de 6 000 à 8 000 communautés européennes un wifi de haute qualité.

 

Carlos Zorrinho, eurodéputé S&D et négociateur du Parlement européen pour le projet WiFi4EU, a déclaré ceci :

 

« Tous les Européens doivent bénéficier d’une connectivité wifi, indépendamment du lieu de leur domicile ou du niveau de leurs revenus. L’accord conclu la nuit dernière nous a rapprochés de cet objectif. Dans le cadre de la construction d’une union numérique qui ne laisse personne sur la touche, la mise à disposition de services de connexion à haut débit et gratuits revêt une importance cruciale. »

« Projet pilote, WiFi4EU contribuera à l’amélioration de la connectivité des citoyens européens. En conséquence, il est essentiel que ce projet soit bien mené dès le départ. Dans cette optique, l’accord réalisé la nuit dernière assure un équilibre géographique entre États membres, ainsi qu’au sein de chacun d’eux. Il s’agit de faciliter l’inclusivité numérique et de créer un modèle d’identité numérique européenne. »

« À plus longue échéance, le projet WiFi4EU contribuera à la connexion à internet de chaque village et chaque ville d'Europe, moyennant un accès sans fil gratuit dans les espaces publics. »

Eurodéputés impliqués

ZORRINHO Carlos

ZORRINHO Carlos

Head of delegation
Membre
Portugal

Sur le même sujet

Communiqué de presse

Les S&D demandent de meilleures solutions de stockage, ainsi que des lignes directrices strictes pour les projets énergétiques européens

Communiqué de presse

Pour les S&D, l’industrie de l'avenir sera verte, durable et sociale

Communiqué de presse

Les S&D pressent les institutions de l’UE à sauver le secteur du tourisme de la banqueroute : « Nous devons agir maintenant – plus tard, il sera trop tard ! »