Publié:
Partager:

Les Socialistes & Démocrates appellent les autorités turques à libérer immédiatement le militant des droits humains bien connu, Osman Kavala. En effet, quelques heures à peine après son acquittement de toute charge par un tribunal turc, et sa libération conséquente, des procureurs d’Istanbul lançaient un nouveau mandat d’arrêt à son encontre, relatif à la tentative de coup d’État de 2016.

Philanthrope éminent et figure majeure de la lutte pour une Turquie plus ouverte et plus tolérante, Osman Kavala a passé plus de deux années en détention sous de fausses accusations de tentative de renversement du gouvernement. La Cour européenne des droits de l'homme demandait dès l’année passée la libération de Kavala, mais la Turquie n’a jamais exécuté cette décision.

Kati Piri, viceprésidente du Groupe S&D pour les affaires étrangères, a déclaré ceci :

« Il n’y a pas assez de mots pour exprimer notre indignation après ce retournement de situation aussi imbécile que cruel concernant Osman Kavala. La décision de l’arrêter à nouveau, cinq heures après son acquittement, est sadique et porte un nouveau coup à la crédibilité du pouvoir judiciaire turc. La déclaration vindicative faite ce matin par le président Erdoğan concernant Kavala démontre à suffisance la motivation purement politique de ce procès fantoche. Nous continuons donc à demander la libération immédiate d’Osman Kavala et de tous les autres prisonniers politiques de Turquie. » 

Nacho Sánchez Amor, eurodéputé S&D et rapporteur du Parlement européen pour la Turquie, a ajouté ce qui suit :

« Il faut immédiatement annuler la décision de placer en détention Osman Kavala, quelques heures à peine après sa libération sur ordre d’un tribunal. Il est innocent. Cette nouvelle accusation d’implication dans la tentative de coup d’État de 2016 est encore plus ridicule que la précédente. Nous exhortons donc les autorités turques à prendre leurs responsabilités politiques de pays candidat à l’adhésion à l’UE, et à permettre à Osman Kavala de retourner dans sa famille à Istanbul. »

« Lors de ma récente visite à Ankara, j’avais souligné que les verdicts attendus dans les procès Gezi et Büyükada étaient d’excellentes occasions de montrer que l’état d'urgence était effectivement terminé, et d’envoyer des signaux positifs sur la volonté de la Turquie d’améliorer ses relations avec l’UE. Message bien reçu : cette volonté est inexistante. »

« La décision d’enquêter sur les juges qui décidaient hier en faveur de l’acquittement d’Osman Kavala et des autres accusés est la dernière goutte dans cette volonté insensée d’éloigner le pays de plus en plus des normes européennes et internationales en matière de droits humains et d’État de droit. »

Eurodéputés impliqués

PIRI Kati

Vice-président/e
Pays-Bas

SÁNCHEZ AMOR Nacho

Membre
Espagne

Contact presse S&D

CZERNY-GRIMM Inga

Press Officer
Pologne