Partager:

Les Socialistes & Démocrates au Parlement européen dénoncent les deux poids deux mesures pratiqués par les conservateurs et les libéraux en matière de protection des droits humains. En effet, ce 26 septembre une coalition formée du PPE, de Renew Europe, du CRE, d’eurodéputés ID d’extrême droite, rejetait la proposition avancée par les Socialistes & Démocrates et destinée à instaurer un système de sanctions contre les États membres exportateurs d’armes vers des pays qui violent les dispositions de la position européenne commune sur l’exportation d’armes.

Les règles communes en la matière ont été adoptées en 2008. La proposition S&D rejetée faisait partie d’un rapport adopté en plénière et qui évalue la mise en œuvre et le respect par les États membres de ces règles européennes.

Joachim Schuster, eurodéputé et négociateur S&D pour le rapport sur l’exportation d’armes, a déclaré ceci :

« En tant qu’Européens, nous tenons à nous assurer que les armes produits par l’UE ne soient pas exportées vers des régimes qui violent les droits humains. Voilà pourquoi les États membres se mettaient d’accord sur cette position commune dès 2008.  Légalement contraignant, ce texte définit les règles qui régissent l’exportation de technologies et d’équipements militaires vers des pays tiers. Nous constatons malheureusement que certains États membres continuent à exporter des armes vers des pays comme l’Arabie saoudite. De la sorte, ils manquent à notre devoir commun d'empêcher les violations répréhensibles des droits humains. »

« Dans la version du rapport adoptée aujourd’hui en plénière, le Parlement européen réitère son appel résolu pour un embargo sur l'exportation d'armes vers des États qui violent la position commune, comme l'Arabie saoudite, l’Égypte et la Turquie. Mais cela ne suffit pas. Il faut un mécanisme institutionnel qui garantisse l’application de la position commune. En conséquence, lors du vote de ce rapport en commission Affaires étrangères, les S&D obtenaient l’intégration au texte d’une proposition de mécanisme de sanction. Celui-ci devait être appliqué aux États membres qui violent les critères européens en la matière. Malheureusement, en plénière cette proposition a été rejetée par une majorité de droite. Cela constitue une honte absolue pour ces partis. Ils prétendent défendre les droits humains tout en votant contre des règles contraignantes à l’échelle de l’UE, destinées à empêcher l’utilisation d’armes européennes pour violer les droits humains. »

Sven Mikser, eurodéputé et porteparole S&D pour la défense, a ajouté ce qui suit :

« Nous voulons que l’UE soit un acteur mondial, attaché à la non-prolifération des armements et au désarmement mondial. Au moment où les ambitions européennes en matière de défense montent en puissance, l’UE doit renforcer en conséquence la cohérence et la convergence des politiques d’exportation d’armes de ses États membres. »

« Le renforcement de la compétitivité du secteur européen de la défense et des intérêts industriels des États membres ne doit d’aucune façon se faire aux dépens des droits humains, du droit humanitaire international, de la préservation de la stabilité régionale, ni au risque de la dispersion. »

« Par ailleurs, les S&D saluent et prennent bonne note des activités de l’UE qui soutiennent l’universalisation du traité sur le commerce des armes. Dans cette optique, ils appellent tous les grands pays exportateurs d’armes comme les USA, la Chine et la Russie, à signer et ratifier ce traité aussi vite que possible. »

Eurodéputés impliqués

MIKSER Sven

MIKSER Sven

Coordinateur
Estonie
SCHUSTER Joachim

SCHUSTER Joachim

Membre
Allemagne

Contact presse S&D

Czerny-grimm Inga

CZERNY-GRIMM Inga

Press Officer
Pologne

Sur le même sujet

Communiqué de presse

Lancement par le Groupe S&D d’une quatrième « Semaine de l’Afrique », pour un nouveau partenariat UE-Afrique, égalitaire et durable

Communiqué de presse

Les S&D saluent le plan d’investissement pour les Balkans occidentaux – et mettent en garde contre tout contournement de la démocratie ou de l’État de droit

Communiqué de presse

« Seul le dialogue peut sortir le Venezuela de sa crise profonde », déclarent les S&D en défense de Borrell, objet d’accusations partisanes