Partager:

Ce 2 décembre, le Groupe S&D a soutenu un rapport qui veille à ce que FRONTEX, l’agence de gestion des frontières extérieures de l’UE, propose aux réfugiés un mécanisme de réclamation concernant des violations des droits de l'homme.

Miriam Dalli, eurodéputée et coordinatrice du Groupe pour le rapport de la commission Libertés publiques, a déclaré ceci :

« Ce rapport constitue une belle réussite pour le Groupe S&D, puisque le PE a appuyé nos demandes de renforcement des sauvegardes relatives aux droits fondamentaux. Nous avons réussi à faire adopter un mécanisme de réclamation qui garantit que les allégations de violations des droits de l'homme fassent l’objet d’enquêtes transparentes et responsables. FRONTEX sera obligé de faire état de ces réclamations dans son rapport annuel. Le mécanisme est assorti de sauvegardes, qui permettent aux personnes de formuler des réclamations anonymes par l’intermédiaire d’une tierce partie, sans devoir craindre des répercussions. »

« Notre message est clair : Les droits de l'homme ne sont pas négociables. Il est essentiel de préserver un équilibre juste entre sécurité et droits fondamentaux. À présent, il appartient à la Commission d’inclure un mécanisme semblable dans son paquet relatif aux gardes-frontières. »

Edouard Martin, eurodéputé et coordinateur du Groupe S&D à la commission des Pétitions, a ajouté ce qui suit :

« Les mesures recommandées par ce rapport aideront à accroître la transparence des activités Frontex. Elles instaurent des protections importantes pour les groupes vulnérables, en particulier pour les femmes enceintes et les mineurs non accompagnés, qui font l’objet de dispositions spécifiques. Par ailleurs, Frontex doit approfondir sa collaboration avec des pays tiers ainsi qu’avec l’Agence des droits fondamentaux et le Bureau européen d’appui en matière d’asile. Il s’agit de veiller à ce que toute personne puisse introduire une réclamation anonyme par l’intermédiaire d’une tierce partie. Seule la mise en œuvre de ces mesures permettra de mieux protéger les personnes vulnérables qui débarquent sur les rives européennes. »

Sur le même sujet

Communiqué de presse

« Le premier ministre Janša doit rendre des comptes au sujet des attaques contre la liberté des médias en Slovénie », déclare le Groupe S&D

Communiqué de presse

« Il est temps d’agir ! La Commission doit appliquer sans plus attendre la conditionnalité liée à l’État de droit», déclarent les S&D

Communiqué de presse

Les S&D soutiennent la proposition de création de certificats verts numériques européens – moyennant une garantie de protection des données, de la santé et de la liberté de circulation