Publié:
Partager:

Le Parlement européen a organisé ce 10 avril une audition de l’initiative citoyenne européenne « Un de nous », conjointement avec les commissions DEVE, JURI, ITRE et PETI. L’initiative demande la fin de tout financement européen d'activités impliquant la destruction d'embryons humains, en particulier dans les domaines de la recherche, de l'aide au développement et de la santé publique. « Un de nous » souhaite la modification d’une série d’actes législatifs de l’UE, dont le règlement financier, le règlement Horizon 2020 relatif à la recherche et l’innovation ainsi que l’ancien règlement instaurant l’instrument de financement de la coopération au développement.
 
La procédure d’initiative citoyenne européenne est en place depuis avril 2012. Elle permet aux citoyens de l’UE de demander aux institutions de l’UE d’intervenir dans un domaine donné, moyennant l'obtention d'au moins 1 million de signatures dans sept pays de l'UE.
 
Hannes Swoboda, président du Groupe des Socialistes & Démocrates au Parlement européen, a déclaré ceci :
 
« Nous apprécions l’implication démocratique des citoyens. Toutefois, ce qui est présenté comme une initiative citoyenne européenne est en fait financé par des canaux religieux et politiques extrémistes, étroitement liés aux organisations qui font pression depuis les USA et l’Afrique contre les droits des femmes et des personnes LGBTI. »

« Essentiellement, les propositions avancées par ‘Un de nous’ mettent en danger la vie et la santé de femmes et d’enfants et nous ne l’accepterons pas. Nous ne ferons pas marche arrière, et nous n'abandonnerons pas les femmes des pays en développement en leur refusant le financement européen dont elles ont désespérément besoin pour réduire la mortalité maternelle. Actuellement, près de 800 femmes meurent tous les jours en cours de grossesse et d’accouchement. Notre objectif est de réduire la mortalité maternelle. Si cette initiative obtient gain de cause, elle détruirait tous les progrès réalisés avec nos partenaires du monde en développement et accroîtrait la mortalité maternelle. »
 
« Par ailleurs, la recherche sur les cellules souches embryonnaires, effectuée au sein de l’Union européenne, est soumise à des règles et règlements stricts. Elle est fondamentale pour le traitement de maladies comme le diabète, Parkinson, Huntington et Alzheimer. Il ne faut pas substituer au débat constructif sur les normes éthiques le genre de discours idéologique haineux que nous avons entendu aujourd’hui. »
 
Hannes Swoboda a commenté la tentative des représentants de l’initiative d’empêcher la participation au débat de l’eurodéputé S&D MEP Michael Cashman :
 
« Il est au-delà de l’inacceptable qu’une initiative qui se réclame d’un instrument démocratique ne respecte pas l’institution devant laquelle elle se présente, à savoir le Parlement européen. Michael Cashman est un représentant élu. C’est son droit et son devoir de représenter la commission du développement pour laquelle il a pris la parole dans cette audition. Il semble que l’initiative ‘Un de nous’ doive encore apprendre les fondements de la démocratie. »

Eurodéputés impliqués

SWOBODA Johannes (Hannes)
President/e
Autriche
CASHMAN Michael
Membre
Royaume-Uni

Sur le même suje

Communiqué de presse

« Timmermans est le plus à même d’assurer la mise en œuvre par l’UE du Green New Deal attendu par les citoyens », affirment les S&D

Communiqué de presse

« Nous sommes convaincus que Jutta Urpilainen sera une commissaire exceptionnelle pour réaliser les Objectifs du développement durable et lutter contre la pauvreté », affirment les S&D

Communiqué de presse

Šefčovič ouvre le bal des auditions des commissaires par le PE et obtient un large soutien