Agissez maintenant ! Les lanceurs d'alerte méritent une protection à l'échelle de l'UE – lancent les S&D à la Commission

Protect whistle blowers text on whistle

Ce 12 juillet, des eurodéputés S&D présentaient en commission Affaires juridiques du Parlement européen un important projet de rapport au sujet des lanceurs d'alerte, priorité de notre Groupe. Cette initiative du Groupe S&D a permis de définir des normes élevées pour la protection des lanceurs d'alerte : les personnes qui exposent des activités non éthiques ou illégales qui se produisent au sein de l’UE, que ce soit dans le secteur public ou privé, doivent être protégées partout dans l’UE. En conséquence, les S&D ont demandé à la Commission d’élaborer une législation horizontale en la matière.

 

Virginie Rozière, eurodéputée S&D et autrice du rapport sur les lanceurs d'alerte, a déclaré ceci :

« Les lanceurs d'alerte jouent un rôle crucial dans la mise en lumière des comportements non éthiques et dans l’exposition de la corruption au sein d’entités publiques ou privées à travers l’UE et dans le monde. Les scandales récemment révélés des Panama Papers et LuxLeaks sont très parlants à cet égard. Toutefois, il existe de nombreux autres exemples de citoyens qui dénoncent une menace à la santé publique ou à l’environnement, ou encore des abus de fonds publics. Or, en dépit de leurs contribution à la mise en lumière d'actes répréhensibles qui nous affectent tous et coûtent des millions d’euros aux contribuables européens, en seule guise de remerciement les lanceurs d’alerte font souvent l’objet de procès et de condamnations. Parallèlement, les véritables criminels poursuivent leurs activités, comme si de rien n’était. Cela est inacceptable et cela doit cesser. »

« A l’heure actuelle, les lanceurs d'alerte européens ont besoin d’urgence d’une protection concrète, légale et globale. Dans ce contexte, ce projet de rapport peut permettre un grand pas en avant, et j’espère qu’il obtiendra le soutien de tous les groupes du Parlement européen. En effet, il reconnaît le rôle des lanceurs d'alerte et a pour but d’assurer la protection de toutes les personnes courageuses qui révèlent des informations concernant des actes répréhensibles. Parce que nous devons protéger ceux qui nous protègent, le statut de lanceur d'alerte doit offrir des garanties réelles. »

« Dans cette optique, le rapport demande à la Commission européenne de proposer une législation horizontale à l’échelle de l’UE. Celle-ci doit garantir aux lanceurs d'alerte qui agissent au nom de l’intérêt public une protection contre les représailles ainsi qu’un soutien spécifique sous forme de conseil juridique ou d’aide financière, le cas échéant. En protégeant les lanceurs d'alerte, nous protégeons les journalistes et leurs sources, les ONG, la liberté d'expression et d’information. En un mot comme en mille, nous protégeons la démocratie. »